Dialogue StratgiquePARIS - Le Ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a qualifié lundi à Paris le dialogue entre l'Algérie et la France de "riche" dans le domaine stratégique et de sécurité.

"Nous voilà à la fin d'une séance riche, d'abord le dialogue que nous continuons à avoir dans le domaine stratégique et de sécurité. Cette session a été marquée par un échange sur les situations de conflit que vit notre région", a indiqué le chef de la diplomatie algérienne à l'issue des travaux de la 5ème session du Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA) et de la 4ème session du dialogue stratégique algéro-français.

Il a précisé que cette séance "a permis d'échanger nos analyses, nos points de vue sur ce qui se passe d'abord dans notre zone en Méditerranée et au Sahel", soulignant qu'il est évident que "lorsque Algériens et Français se rencontrent, des questions telles que la situation au Mali, au Sahel et en Libye, fassent l'objet de nos discussions".

"Je dis que je suis satisfait de cet échange de vues. Ça nous a permis de continuer à soutenir les efforts des Nations unies que ce soit pour ce qui est de la Libye, soutenir les efforts de M. Ghassan Salamé, soutenir sa feuille de route, et de faire en sorte que cette feuille de route fasse l'objet du soutien attendu par les partenaires amis de la Libye afin que ce pays retrouve sa stabilité et sa sécurité", a-t-il affirmé, faisant observer que l'Algérie partage plus de 1000 kms de frontières avec la Libye et "combien nous tenons à la stabilité et à la sécurité de ce pays frère et voisin".

Pour ce qui est du Mali, le Ministre des Affaires étrangères a rappelé que l'Algérie est partenaire dans les efforts des Nations unies et dans la mise en œuvre de l'accord dans le cadre du comité de suivi de l'accord né du processus de l'accord d'Alger et de Bamako, soulignant que là aussi la concertation est "quasi permanente".

"Nous sommes satisfaits des efforts qui sont faits par le Gouvernement malien et des partenaires signataires de cet Accord. Il est évident qu'il n'y a pas de mise en œuvre de l'Accord s'il n'y a pas de confiance", a-t-il indiqué, relevant que la confiance est retrouvée et "nous devons les encourager en raison des défis auxquels nous faisons face dans cette région".

Il a cité dans ce contexte la question de la migration clandestine, du terrorisme, du crime organisé, soulignant par ailleurs qu'une paix retrouvée au Mali, qu'une paix retrouvée en Libye "nous permettra d'aller de l'avant".

Le Chef de la diplomatie algérienne a fait observer que "nous sommes à la veille d'une réunion qui a été initiée par le Secrétaire Général des Nations Unies et par son Représentant personnel, Hörst Kohler".

Sahara Occidental: l'Algérie "pleinement" engagée dans la mise en œuvre des résolutions du Conseil de Sécurité

"C'est la réunion de Genève les 4 et 5 décembre prochains sur la question du Sahara Occidental. Là aussi, l'Algérie est engagée pleinement dans la mise en œuvre des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, notamment sa résolution 2414", a-t-il affirmé.

Condamnation ferme de l'attentat terroriste perpetré à Tunis

Par ailleurs, au sujet de l'attentat suicide survenu lundi à Tunis, le Ministre des Affaires étrangères, a rappelé que l'Algérie par la voix de son porte-parole "a déjà condamné cet attentat abject", soulignant que "nous restons toujours dans une région un peu menacée où les défis sont très grands, notamment le défi du terrorisme, celui du crime organisé et pour cela la lutte antiterroriste n'est pas l'affaire d'un pays ou d'un autre mais de la communauté internationale".

M. Messahel a réitéré ses sincères condoléances aux Tunisiens, souhaitant aux blessés un prompt rétablissement.

"Il faut que nous restions vigilants. La vigilance doit être de mise", a-t-il ajouté.

la priorité économique de l'Algérie est la diversification de son économie

Pour ce qui est du COMEFA, le Ministre a noté avec satisfaction qu'il est "très important" que les Chefs d'Etat des deux pays ont développé comme idée de faire la relation entre l'Algérie et la France une relation "particulière" dans le sens d'un partenariat "stratégique et d'exception", appelant à ce que cette relation soit fondée sur l'intérêt des uns et des autres.

"Nous avons également parlé, avec mon collègue Jean-Yves Le Drian, de la place centrale de la mobilité des personnes, donc de la circulation des personnes entre les deux pays", a-t-il ajouté, indiquant par ailleurs que l'Algérie et la France sont engagés "ensemble" dans tout ce qui est migration illégale et clandestine.

"C'est un fléau auquel l'Algérie est elle-même confrontée" pour lequel "il faut toute une stratégie internationale pour combattre ces réseaux criminels".

Pour sa part, le Ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a indiqué que dans le cadre du COMEFA, les deux parties ont eu des discussions "extrêmement intéressantes", faisant remarquer que la priorité économique de l'Algérie "c'est sa diversification".

"L'Algérie a pris conscience de la nécessité d'accélérer le processus de diversification de son économie. Elle ne peut pas dépendre uniquement des hydrocarbures. Cette diversification repose sur un certain nombre de piliers, dont celui de l'agriculture, le tourisme et l'industrie", a-t-il expliqué, précisant que dans ces trois secteurs, l'Algérie recèle de potentialités "considérables".

Pour lui, la France a des potentialités dans ces trois domaines qui sont "importantes", un savoir-faire "connu de tous", affirmant qu'il peut y avoir entre ces potentialités une "synergie", une possibilité de partenariat "remarquable".

"Il y a la volonté des deux Gouvernements pour pousser plus loin ce partenariat. Il y a bien entendu dans le chemin du partenariat quelques difficultés qui ont été signalées. Je crois qu'il faut regarder surtout l'énorme potentiel de partenariat", a-t-il ajouté, se réjouissant de revoir le Ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Lemaire, dans quelques semaines à Alger où "nous allons approfondir les discussions sur les potentialités industrielles".

                                                                                                                                                APS le 30 octobre 2018